lundi 31 août 2015

// TEST // Quel rideau êtes-vous ?








Sur une idée originale de Nicolas Maalouly



12 questions et 4 réponses pour enfin lever le voile.



 


01- Le jour ?
  • a- Bonjour
  • b- Se lève encore
  • c- D'après
  • d- Et la nuit


02- La nuit ?

  • a- Bonne nuit
  • b- Blanche
  • c- Je mens
  • d- Est le jour


03- Votre genre

  • a- Non binaire
  • b- Assorti avec votre sexe
  • c- Contre nature
  • d- C'est ce qu'on fait de mieux


04- Votre intimité ?

  • a- Vous en avez perdu la trace
  • b- N'est pas celle qu'on croit
  • c- Tiens dans un journal
  • d- Est la sienne


05- Votre choix d'embrasse ?

  • a- Vintage
  • b- Discret
  • c- Original
  • d- Libre


06- Votre intérieur c'est ?

  • a- Un hommage discret à Marie-Antoinette
  • b- Aujourd'hui et hier, design et héritage
  • c- La page 87 du catalogue Ikéa
  • d- La création du designer de Nancy Reagan


07- Vos fenêtres donnent sur ?

  • a- Cour
  • b- Rue
  • c- Jardin
  • d- Votre âme


08- Le vide pour votre logement, vous ?

  • a- Fait du bien. Vous êtes parent
  • b- Fait peur. Vous êtes bourgeoisE
  • c- Défi. Vous êtes veuf/veuve
  • d- N'avez pas ce luxe. Vous êtes pauvre


09- Quel matière à votre préférence ?

  • a- Le coton égyptien
  • b- La bachette
  • c- La dentelle de Caudry
  • d- Vous tirez votre révérence


10- Parlons de la taille maintenant ?

  • a- Vous essayez toujours d'appliquer le nombre d'or
  • b- Vous voyez toujours trop grand
  • c- Tout n'est que question de goût
  • d- Elle épouse parfaitement celle de vos fenêtres


11- Votre usage est ?

  • a- Pratique
  • b- Ludique
  • c- Atypique
  • d- Comme dirait Barthes : Le rideau ne cache rien, sa fonction est de déformer, non de faire disparaître.


12- Vous exposez ?

  • a- Vos aspérités
  • b- Votre psychorigidité
  • c- Votre délicatesse
  • d- Vous cachez surtout





Résultats :

01 :  a- ♦ /b- ▲  /c- ◙   /d- ☻
02 :  a- ♦ /b- ◙   /c- ☻  /d- ▲
03 :  a- ☻  /b- ◙   /c- ▲ /d- ♦
04 :  a- ◙  /b- ☻   /c- ▲ /d- ♦
05 :  a- ◙  /b- ▲  /c- ☻  /d- ♦
06 :  a- ♦ /b- ☻  /c- ▲  /d- ◙
07 :  a- ♦ /b- ▲  /c- ☻   /d- ◙
08 :  a-  ☻ /b- ♦  /c- ◙  /d- ▲
09 :  a- ♦ /b- ▲  /c- ☻   /d- ◙
10 :  a-  ☻ /b- ◙   /c- ▲  /d- ♦
11 :  a- ▲ /b- ☻    /c- ◙   /d- ♦
12 :  a-  ☻ /b- ▲  /c- ♦   /d- ◙


Faites les comptes :


Une majorité de ♦ : vous êtes un voilage
La permanence de soi vous protège des élans des corps perdus. La force des choix assumé de calme, vous dérivez sans peur dans les bonheurs présents. La mise à nu trace le grand départ des soupirs entre ses mains. La peau des rêves drape le quotidien de la douceur d'un contre-jour. Les délices l'emportent sur l'ennui avec la mécanique des belles disciplines. Vous circulez alors dans les verticales physiques, ressentant le charme de la constante ouverture de l'effervescence des sentiments.


Une majorité de ☻ : vous êtes un double rideau
Le voyage de vos vies se fragmente dans le mélange des corps. Les ombres qui se glissent dans la circulation des affects emmènent vers le renversement des attaches. Le geste pluriel entoure et croise le balancement franc des peaux douces jusqu'aux frissons. Le vertige efface le tremblement des secrets. Les promesses dérives d'avant en arrière sans inventaire. Vous effleurez les peines, les serrements maladroits de l'emprise du baiser permanent, pour ressentir encore, toujours, éperdument.


Une majorité de ▲ : vous êtes un rideau de fer
L'étendue du changement des plaisirs hante les déplacements des corps consumés. Les pertes particulières complètent ce tableau de touchant désastre. Les cicatrices exercent leurs attraits où puissent vos envies à contre-sens. Les rencontres désormais sous contrôle font écho à l'orgueil du sensible. L'attente demeure de la grâce pour refaire le chemin inversé de l'étreinte des chairs. Vous tanguez vers des débuts sans fin célébrant les espoirs clandestins des équilibres de l'achèvement.


Une majorité de ◙ : mais non vous êtes une porte
Les limites atteintes de la suspension incandescente sombrent corps et biens dans l'alliance traversante de votre couche. Le vide des lendemains pousse l'abandon des apparences des temps tranquilles. L'oubli guide l'indéterminé vers l'absence sourde. Sans repère, souhaits et vigueur, vous laissez les désirs ardents pour l'incertitude dévorante des remords. Les égarements encore investis du parfum clair de ses mots, vous vous dérobez dans l'abstrait imaginaire du passage à vide.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire